Symposium

I’ll be speaking at the ENAM symposium on Gardens, Water and Cities, held from March 18-21 in Marrakech

 

“La ville et le jardin sont antagonistes. Si le premier renvoie à la construction de pleins, le second encadre le vide. Aujourd’hui cette divergence joue une opportunité prodigieuse due à la qualité intrinsèque du jardin, celle de poser des limites. La città diffusa a créée une conjoncture critique du territoire. En brouillant les limites, l’urbanisme extensible a déconnecté la ville de son milieu. Perte de repères et désorientations générales rendent l’écologie du jardin un recours manifeste. Le jardin définit une unité , sa force réside dans sa condition de microcosme, et deviens un besoin vital dans un paysage floue. C’est dans cette optique de jardins comme projet, que la reprise du qanat, une infrastructure d’irrigation millénaire et abandonnée, à l’origine de la création de la ville, joue un rôle de dispositif de lecture et de reliance. Comment la revalorisation d’une infrastructure archaïque peut devenir le moteur pour un récit alternatif et contemporain ?”